Malgré une économie en berne, le marché immobilier se maintient grâce aux taux bas voulus par la complaisance de la BCE et aux dispositif de soutien du marché neuf comme la loi Pinel qui offre une réduction d'impôt aux investisseurs qui achètent un bien immobilier pour le louer. Ce dispositif bien qu'ayant un objectif louable, maintient artificiellement les prix du marché immobilier hauts. Tout le monde s'accorde sur le fait qu'une remontée des taux pourraient être salutaires pour l'économie et pour ramener l'immobilier à des prix raisonnables. Après la crise des subprimes en 2008 où le système bancaire a failli y passer, des sécurités ont été mises en place au détriment du contribuables bien entendu. Les contribuables français payent pour les banques privés ce n'est plus un secret pour personne.

La zone euro risquera gros lors de la prochaine crise économique. "Même un léger ralentissement pourrait engendrer d'importants coûts économiques et sociaux" et "tester une nouvelle fois la cohésion de l'union monétaire", a averti Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE. Et oui le système en place ne tient plus qu'à un fil. celui d'une politique monétaire accommodante de la BCE. Mais ce n'est pas en faisant marcher la planche à billet ou en jouant sur les taux d'intérêt déjà au plus bas que les banques mondiales vont réussir à maintenir le système en place.

De vrais réformes et de vraies économies attendues

Avec ce ralentissement généralisé de l'économie, la seule solution est de lancer les réformes et les économies budgétaires attendues depuis longtemps par les marchés. Mais pour le moment Macron préfère distribuer l'argent de nos impôts un peu partout à travers le monde plutôt que de s'occuper des problèmes des français.

Temps instable, où placer son argent ?

Avec ce flot continue de mauvaises nouvelles, les investisseurs ne savent plus où placer leur argent. Les livrets bancaires et autres placements sans risque ne rapportent presque plus rien et les actions se révèlent relativement risquées au vu de la conjoncture.

Seul le secteur de l'immobilier semble au beau fixe. Il faut dire que les politiciens se gardent bien de toucher à l'immobilier neuf. En effet, c'est souvent par la chute du secteur de la construction que commence les crises en France. Le manque de logements contribue de toute façon à subventionné indirectement les promoteurs pour qu'il produisent plus et ça ne risque pas de s'arranger dans les années à venir si des mesures ne sont pas prises.

Les Français ont bien compris que le placement dans la pierre était encore à l'heure actuelle, le placement le plus sûr et le plus rentable mais pour combien de temps encore ? Investir dans l'immobilier locatif devient de moins en moins rentable avec toutes les ponctions fiscales opérées par l'état. Pas de problème pour rendre les français moins frileux, l'état Français met en place des dispositifs pour inciter le particulier à s'intéresser à l'investissement locatif. Tout d'abord avec la Loi Duflot qui n'a pas eu le succès escompté et ensuite en 2018 avec la loi Pinel : explication.

Ce dispositif fiscal a été mis en place afin de favoriser la construction de logements neufs dans les zones tendues du territoire, c’est-à-dire là où l'offre immobilière locative est insuffisante. Il s’applique pour les logements acquis à compter du 1er septembre 2014 jusqu’au 31 décembre 2021 et offrent des réductions d'impôt allant jusqu'à 21 % .

Marcel Mast

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot tfmjb ?

Fil RSS des commentaires de cet article